JEUDI 6 SEPTEMBRE

ROCHER DE PALMER / CENON
Infos pratiques

ERIC VEYSSY

Facebook
Twitter
Google+
http://climaxfestival.fr/project/eric-veyssy-directeur-de-terre-ocean">

Eric Veyssy a réalisé une thèse de doctorat (Université de Bordeaux 1) sur l’hydrologie et la qualité de l’eau du bassin de la Garonne et sur le cycle régional du carbone. Pendant 4 ans (1994-1998), ce travail s’est appuyé sur un réseau de sciences participatives basé sur 50 lycées et collèges répartis sur la Garonne, la Dordogne, l’Adour et leurs affluents : programme « Classes Eco-Fleuves ».

Il a ensuite construit le projet et l’équipe de Terre & Océan. Depuis 19 ans (démarrage en 2000), Terre & Océan réalise la médiation scientifique et culturelle des sciences de l’environnement (en particulier autour des problématique de climat et d’eau) en lien avec les laboratoires de recherche et les professionnels et en direction du grand public et des scolaires. Entre 2000 et 2004, ils ont publiés « Terre d’Océan », magazine vivant des sciences de l’environnement (avec un pendant pour les enfants « le Petit Océan »). En 2012, ils ont construit l’Aquaforum, siège social de Terre & Océan 1er et premier « bâtiment passif » d’accueil public en France.

En 2003, Eric Veyssy a publié « la planète brûle ses réserves et nous entraîne vers des temps chaotiques » (Edition du Bord de l’eau), essai traitant des connaissances et des risques climatiques. Entre 2007 et 2013, il a parcouru le Sahel (Mali en particulier), « frontière avancée » du réchauffement climatique, pour différents projets de reportages (Sénégal, Guinée, Mali) et des voyages culturels (Fleuve Niger et pays dogon).

En 2016, il a réalisé un documentaire au Bangladesh sur les risques climatiques quelques semaines après la COP 21 (les réfugiés climatiques des bidonvilles de Dhaka, Iles du Brahmapoutre et risques d’inondations, Sunderbans et les risques de cyclones). Autre reportage en 2017 le long du Mékong (Laos et Cambodge). Depuis 1 ans, il réalise une synthèse sur les répercussions du réchauffement climatique et des usages de l’eau sur le débit de la Garonne, présentant le plus grand déficit hydrologique des fleuves français depuis 40 ans.

SUIVEZ-NOUS